[Aller au menu]

Tous les témoignages recueillis ne figurent pas encore sur le site, qui est mis à jour régulièrement

Occupation et Résistance à Vergt - Fernand Sabouret

Le témoignage

Fernand Sabouret - Témoignage intégral
En savoir plus
Fernand Sabouret, né en 1927 à Sainte-Alvère (canton de Vergt), était adolescent durant la Seconde guerre mondiale : il n’a pas participé à la Résistance, mais en a suivi l’essor et les actions. Il évoque le souvenir de cette partie du département qui a vu le développement de nombreux maquis.
Il débute par la déclaration de guerre et ses effets moraux sur la population rurale. Puis il évoque l’arrivée des réfugiés du Bas-Rhin et l’installation des premiers maquis. Il rappelle ainsi les figures de Marc Goldmann (Mireille), premier chef de l’Armée Secrète en Dordogne, Pierre Larrue instituteur permettant l’installation du maquis dit « des sangliers » à Durestal (commune de Cendrieux), et du rôle déterminant de Sylvain Laussinotte. Fernand Sabouret souligne l’appui des populations rurales apporté aux mouvements clandestins, que ce soit par leur discrétion, le ravitaillement ou encore les informations qu’elles livraient aux maquisards.
Il parle également de la vie quotidienne sous l’occupation en évoquant le couvre-feu qui entrave les travaux agricoles : la surveillance sans zèle exercée par les gendarmes, et celle d’un « avion espion ».
Il décrit les circonstances de la chute d’un avion anglais le 16 février 1944 entre Vergt et Bordas, tuant sept aviateurs, et ses recherches menées après guerre pour les identifier.
Puis il parle de la journée du 24 juin 1944 durant laquelle une colonne allemande incendie le centre du bourg de Sainte-Alvère ainsi que des fermes, et attaque le camp du maquis de Durestal sans succès.
Enfin, il livre les circonstances de l’attaque par la Résistance d’une colonne allemande composée de Géorgiens sur la route nationale 21 à Creyssensac-et-Pissot, le 12 août 1944.
  • Témoin(s) :
    Sabouret Fernand En savoir plus

    Fernand Sabouret est né en 1927 à Sainte-Alvère. Adolescent à la déclaration de la guerre en 1939, il n'a pas participé à la Résistance, mais a été le témoin de son essor et de ses actions dans cette région. Il a vécu l'arrivée des réfugiés du Bas-Rhin, rencontré les hommes qui ont organisé la Résistance et les maquis, que ce soit Marc Goldman, Sylvain Laussinotte ou encore Pierre Larrue. Il est aussi le témoin de la vie rurale pendant la guerre, et de la répression allemande à Sainte-Alvère en juin 1944.

  • Description :

    Entretien réalisé le 16 mars 2009 à Grun-Bordas. Durée : 50 min 40 s

  • Sujet(s) :
    Autorité d'occupation, Avion, Brigade indépendante Alsace-Lorraine, Équipement matériel, Forces alliées, Gendarmerie, Juif, Maquis, Mobilisation, Parachutage, Population rurale
  • Lieu(x) :
    Cendrieux, Creyssensac-et-Pissot, Durestal (commune de Cendrieux), Grun-Bordas, Journiac, Sainte-Alvère, Vergt
  • Evénement(s) :
    Libération (1944-1945)
  • Personne(s) citée(s) :
    Drucker (famille), Innocenti (capitaine), Larrue Pierre, Laussinotte Sylvain, Roux Maxime, Worms Jean (dit Germinal)
  • Cote :
    14 AV 4

Photos

Toutes les pistes audio de ce témoignage

  • Présentation
    En savoir plus
    Fernand Sabouret évoque ses souvenirs de la déclaration de guerre en 1939 et la mobilisation des hommes de sa commune.
  • Occupation, vie quotidienne et naissance de la Résistance
    En savoir plus
    Fernand Sabouret parle de l'occupation de la zone sud par les troupes allemandes et des modifications de la vie quotidienne. Puis il évoque les débuts de la Résistance dans la région de Vergt et le rôle de sa famille. Il parle de l'installation d'une famille juive, les Drucker.
  • Pierre Larrue et le maquis de Durestal (Cendrieux)
    En savoir plus
    Fernand Sabouret parle de Pierre Larrue, instituteur et initiateur de la Résistance dans la région de Vergt. Fernand Sabouret parle de la création d'un maquis de l'Armée secrète à Cendrieux dès 1943 : le camp de Durestal. Il apporte des précisions quant à son fonctionnement, notamment la question du ravitaillement auquel la population a largement contribué.
  • La Résistance dans la région de Vergt
    En savoir plus
    Fernand Sabouret évoque brièvement les activités de la Résistance.
  • Les alsaciens, la brigade Alsace-Lorraine et la population rurale
    En savoir plus
    Fernand Sabouret se souvient de l'arrivé des réfugiés alsaciens. Puis il parle de la brigade indépendante Alsace-Lorraine, et des parachutages dans la région. Il souligne également le rôle et l'aide de la population aux maquis.
  • Chute d'un avion allié à Grun-Bordas (février 1944)
    En savoir plus
    Fernand Sabouret se souvient de la chute d'un avion allié et évoque les causes probables de l'accident. Puis il parle du passage d'un avion espion allemand et du rôle de la gendarmerie pour l'application du couvre-feu.
  • Les gendarmes et la Résistance
    En savoir plus
    Fernand Sabouret parle du rôle décisif des gendarmes dans le soutien à la Résistance.
  • Maxime Roux et Jean Worms (dit Germinal)
    En savoir plus
    Fernand Sabouret évoque Maxime Roux, préfet du maquis, installé dans la région de Vergt. Puis il parle de Jean Worms, dit Germinal.
  • Répression à Sainte-Alvère et Durestal (24 juin 1944)
    En savoir plus
    Fernand Sabouret parle de l'incendie du bourg de Sainte-Alvère et du bois de Durestal le 24 juin 1944, suivi de l'évacuation du camp du maquis vers Journiac. Il parle de la réticence des troupes d'occupation à pénétrer les zones boisées. Enfin, il décrit une opération de barrage routier dressé par le groupe de résistance de Laussinotte, et évoque ce dernier.
  • Embuscade à Creyssensac-et-Pissot, nouvelles recrues à Durestal
    En savoir plus
    Fernand Sabouret fait le récit de l'attaque d'un convoi allemand à Creyssensac-et-Pissot sur la route nationale 21. Il parle de la composition de l'armement des maquisards, de l'organisation de l'attaque et dresse le bilan du combat. Après le 6 juin 1944, il précise qu'il y a eu une affluence de volontaires à Durestal nécessitant une nouvelle organisation : les hommes sont répartis en petits groupes, dont un s'installe au lieu dit les Planches, commandé par Innocenti.
  • Libération à Vergt, la population rurale dans la guerre
    En savoir plus
    Il parle de la Libération dans le canton de Vergt, et du rôle de la population rurale reconnu et souligné par la Résistance. Les cérémonies de l'après-guerre.